← Précédent | Liste | Suivant →

Félix Gouin (1884-1977)


(56 ans-SFIO)

Député des Bouches-du-Rhône

Félix Gouin (Peypin, Bouches-du-Rhône, 4 octobre 1884 - Nice, 25 octobre 1977) est un homme politique français. Fils d'institueurs laïques, il se tourne vers des études de droit à Aix-en-Provence où il est boursier. Il obtient la licence. Avocat, il est inscrit au barreau de Marseille de 1907 à 1953.

Carrière politique:
1902, s'inscrit au grand cercle socialiste de Marseille.
1911-1958, conseiller général d'Istres.
1914-1918, mobilisé dans une unité de combat.
1923-1958, maire d'Istres.
1924-1940, député d'Aix-en-Provence.
1940, il fait partie des 80 parlementaires à refuser la remise du pouvoir constituant au maréchal Pétain.
1942, au procès de Riom, il assure la défense de Léon Blum dont il est l'ami intime.
1942, avec Daniel Mayer, président de la Ligue des Droits de l'Homme, il reconstitue clandestinement le Parti socialiste.

1942, il est incarcéré pendant trois mois dans un camp de concentration à Miranda (Espagne), alors qu'il cherchait à rejoindre l'Angleterre.
1942, il rejoint Londres où il préside la Commission de réforme de l'État qui établit entre autres le texte instituant une Assemblée consultative provisoire.
1943, en juin, installation à Alger du Comité français de la Libération nationale, l'assemblée consultative prépare l'organisation matérielle de cette libération. Le 10 novembre, il en est élu président.
1944, en octobre, il est élu président de l'Assemblée provisoire de Paris.
1945, élu député de Marseille (tête de liste socialiste) à la 1ère Assemblée consultative, dont il est élu président.
1946, président du 3e gouvernement provisoire (par 497 voix contre 35 à Michel Clemenceau PRL, 17 à Jacques Bardoux, 3 au général de Gaulle et 3 abstentions). Il se réserve le ministère de la défense nationale.
29 janvier, présentation du gouvernement devant l'assemblée (23 communistes, socialistes et MRP). La confiance est votée à 503 voix contre 44. 28 février, accord franco-chinois prévoyant un statut spécial pour les Chinois résidant en Indochine française.
8 avril, loi sur la nationalisation du gaz et de l'électricité.
19 avril, projet de constitution (refusé par référendum le 5 mai.
2 juin, élection d'une nouvelle assemblée nationale constituante.
12 juin, démission du gouvernement.
Scandale du vin, affaire inventée par des adversaires politiques (le tribunal constate que les accusations sont sans fondement), portera tout de même gravement préjudice sur la personnalité de Gouin. Comme Maurice Thorez lui-même le reconnaîtra, Félix Gouin est d'une intégrité irréprochable. 16 décembre, ministre du Plan

1946-1958, député socialiste des Bouches-du-Rhône. 1946-1946, vice-président du conseil du gouvernement provisoire Bidault.
1946-1947, ministre d'État du gouvernement provisoire Blum.
1947-1947, ministre d'État chargé des travaux du commissariat général du plan, et vice-président du conseil dans le 1er gouvernement Ramadier.
1956, membre de la délégation française à la 11ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New-York.
1958, vote non au référendum constitutionnel contre la majorité de la SFIO. Il renonce ensuite à toute carrière politique et démissionne de tous ses mandats. Il deviendra membre honoraire du parlement.

Fonctions

Président du Gouvernement Provisoire de la République Française (du 26 janvier au 24 juin 1946)
Vice-Président du Conseil du gouvernement Georges Bidault (du 24 juin au 16 décembre 1946)
Ministre d'État, commissaire général au Plan du gouvernement Léon Blum (du 16 décembre 1946 au 22 janvier 1947)
Ministre d'État, Président du Conseil du Plan du gouvernement Paul Ramadier (du 22 janvier au 22 octobre 1947)
Ministre délégué pour les PTT du gouvernement Paul Ramadier (du 6 février au 9 mai 1947).

sources : ©Wikipédia