← Précédent | Liste | Suivant →

Jean Odin (1889-1975)


(51 ans-GD)

Sénateur de la Gironde

Jean Ernest Sébastien Odin est un homme politique français né le 20 janvier 1889 à Bordeaux et mort le 16 octobre 1975 dans la même ville.

Biographie:
Fils, petit-fils et arrière-petit fils de marins, Jean Odin part très tôt avec sa famille à Nouméa, où son père, capitaine, est affecté et où il fait ses études primaires. De retour en Métropole, il devient clerc de notaire et employé de commerce. Il reprend ses études, secondaires, puis supérieures, grâce à une bourse. Licencié en droit, il devient avocat et s'inscrit au barreau de Bordeaux en 1917, puis à celui de Paris. Il plaide également à Londres.

Candidat malheureux aux élections législatives de 1919 et 1924, il est élu député en 1928. Battu en mai 1932, il est élu sénateur en octobre de cette année et le reste jusqu'en 1940. Il s'inscrit au groupe de la Gauche démocratique. Jean Odin appartient à la commission sénatoriale de la Marine, dont il devient par la suite secrétaire et, de 1937 à 1938, il fait également partie de la commission des Travaux publics.

Proche du radicalisme indépendant, il crée en 1933 un éphémère Parti républicain radical. Il devient ensuite vice-président de la fédération du Sud-Ouest du Parti radical.

Le 10 juillet 1940, Jean Odin vote contre la remise du pouvoir constituant à Philippe Pétain. Jean Odin est l'auteur d'un ouvrage intitulé "Les Quatre-vingts", publié en 1946 aux éditions Tallandier et réédité en 1997 aux éditions de la Presqu'ile, dans lequel il relate en témoin, les circonstances qui ont amené les 80 élus de la Nation à voter contre les pleins pouvoir à Pétain.

Il est également l'auteur d'un autre livre ayant pour titre "Le mystère de l'ancre bleu" (sous-titre "Le Pendu de Wandsworth"), publié en 1948 aux éditions de la Couronne. Jean Odin y fait le récit d'un procès en Grande-Bretagne auquel il participa en 1924, comme un des défenseurs de Jean-Pierre Vaquier, un Français accusé de crime.

Décoration

Chevalier de la Légion d'honneur

sources : ©Wikipédia