← Précédent | Liste | Suivant →

Max Dormoy (1888-1941)


(52 ans-SFIO)

Sénateur de l'Allier

Maire de Montluçon de 1926 à 1940. Il est alors suspendu de ses fonctions à cause de son engagement anti-fasciste et de son opposition au nouveau régime. Élu député (1931) puis sénateur SFIO (1938) dans l'Allier. Ministre de l'Intérieur en 1937-1938 du cabinet Léon Blum, il commande la lutte contre la Cagoule. Il mène également une violente politique de refoulement des réfugiés politiques. À la même époque, il fait tirer sur des manifestants communistes, faisant morts et blesses.

En juillet 1940, il refuse de voter la remise du pouvoir constituant au maréchal Pétain. Le 20 septembre 1940, il est suspendu de ses fonctions de maire. Le 25 septembre 1940, il est emprisonné. Incarcéré à Pellevoisin, puis à Vals-les-Bains avant d'être mis en résidence surveillée à Montélimar.

Assassiné dans la nuit du 25 au 26 juillet 1941 par une bombe à retardement placée sous son lit par d'anciens cagoulards. Inhumé discrétement, il aura le droit à des funérailles solennelles à Montluçon le 9 décembre 1945.

Cité à l'ordre de la Nation en 1946 et médaillé de la Résistance française avec rosette en 1947. Lutte contre les refugies politiques Ministre, il mène une violente politique de refoulement des réfugiés politiques : Il prescrit notamment aux préfets de « refouler impitoyablement tout étranger qui cherchera à s'introduire sans passeport ou titre de voyage valable ou qui n'aura pas obtenu de visa consulaire s'il est soumis à cette formalité » (14 avril 1937).

Il renouvelle cet ordre par une directive similaire le 2 juillet 1937 : « Je suis informé de divers côtés que les mouvements d'immigration clandestine se poursuivent et que de nombreux Polonais, surtout, parviennent à pénétrer en France sans visa, sans passeport, ou même sans pièces d'identité d'aucune sorte.»

sources : ©Wikipédia