← Précédent | Liste | Suivant →

Vichy, juillet 1940, Louis Noguères


Ecrite dans les derniers jours du même mois par Louis Noguères, la relation du coup d'Etat légal perpétré à Vichy en juillet 1940 pour instaurer la " révolution nationale " était jusqu'à présent inédite. Sous la plume d'un député SFIO qui, lui, n'a pas flanché, elle raconte - avec une économie de moyens impressionnante - comment Laval, en exploitant le trouble consécutif à la défaite, a manipulé les parlementaires réunis au Casino de la station thermale et les a conduits à abroger la Constitution de 1875 et à confier les pleins pouvoirs à Pétain.

Louis Noguères montre des députés et des sénateurs déployant - hormis les célèbres " quatre-vingts " qui ont sauvé l'honneur - des trésors d'imagination pour justifier (notamment à leurs propres yeux) leur hostilité à la République, leur pusillanimité ou encore leur aveuglement politique. Certains propos tenus tant en privé qu'en public, certains silences étonnent, intriguent, scandalisent. Sobre et véridique, ce texte constitue probablement l'un des meilleurs témoignages disponibles sur la naissance du régime de Vichy.

Commentaires :

Souvent oubliés de la mémoire collective, voici enfin honorés par un des leurs les 80 députés qui refusèrent de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940. En prenant des notes sur le vif, à Vichy, entre le 2 et le 11 juillet, notes restées inédites à ce jour, Louis Noguères, alors député socialiste des Pyrénées-Orientales, nous livre un témoignage accablant sur l'homo politicus. Entre l'aveuglement des uns et le revirement des autres, cet avocat proche de Léon Blum brosse le portrait peu flatteur d'une classe politique en plein désarroi, qui s'apprête à livrer la République aux mains peu scrupuleuses de Laval et Pétain. Et d'observer lucidement : "Tout, au fond, n'était qu'incertitude et aventure."

Outre le vivant tableau quelque peu absurde qu'il présente de l'atmosphère qui règne alors dans la station thermale, ce carnet de notes constitue un témoignage précieux sur l'époque. L'antisémitisme, la germanophilie et l'opportunisme affleurent bien plus souvent que le courage, la lucidité ou l'esprit de résistance. Un récit capital pour mieux appréhender la naissance du régime de Vichy.

Sylvain Lefort